Risques psycho-sociaux : attention danger

le travail doit nous faire vivre !

Le suicide de la directrice d’école Christine Renon à Pantin quelques semaines après la rentrée a ému toute la France et plus particulièrement les directeurs et directrices d’école qui se sont reconnu-e-s dans le courrier qu’elle a adressé à ses collègues. Nous qui sommes aussi à la direction d’un établissement, même si nous n’exerçons pas le même métier, nous avons pu nous retrouver dans son dernier écrit…

Quelques jours après ce drame, une collègue principale dans la même académie tentait de mettre fin à ses jours dans son logement de fonction… Nous l’assurons de notre soutien indéfectible et nous lui souhaitons de tout cœur un bon rétablissement…

Chacun-e d’entre nous connaît l’extraordinaire difficulté d’exercer au quotidien toutes les missions de personnel de direction. Nous ne sommes pas des supers héros, mais simplement des humains.

Qui n’a pas connu :

  • la course éperdue contre le temps, les nuits sans sommeil, les réprimandes des proches de les délaisser pour le travail ?
  • le manque de considération, la non reconnaissance de ce qu’on a fait, le manque de soutien, l’injustice ?
  • le harcèlement, la violence, la haine, l’incompréhension, la solitude ?
  •  le sentiment d’épuisement, d’être dépassé, perdu ?

Non pas parce qu’on est faibles, mais parce que ce que l’on vit parfois dans notre métier n’est pas acceptable humainement, parce qu’il n’y a plus depuis trop longtemps d’épanouissement par le travail.

Au C.H.S.C.T.M.E.N. sur les conditions de travail des personnels de direction le mardi 27 novembre 2018 au Ministère de l’Education Nationale,le snU.pden-FSU et ID FO sont intervenus longuement pour expliquer que nos conditions de travail, non seulement se dégradaient d’année en année mais devenaient insupportables. Nos prises de position étaient complémentaires.

De notre côté, nous avons  mis en avant la dernière enquête indépendante sur le moral des personnels de direction  réalisée par Georges Fotinos (ancien inspecteur général de l’Education Nationale) et par le médecin psychiatre José Mario Horenstein  qui révèle que 15 % des personnels de direction sont en burnout clinique avéré, soit près de 2000 personnes, ce qui génère :

  • un épuisement professionnel,
  • des problèmes de santé,
  • de la fatigue physique,
  • une lassitude cognitive,
  • un épuisement émotionnel.

Le snU.pden-FSU a présenté des outils du travail quotidien des chefs d’établissement pour faire comprendre ce que nous vivons. Pour prendre conscience de notre vécu, il faudrait suivre pendant plusieurs jours des chefs d’établissements. Nous avons expliqué avec des cas concrets non pas les injonctions contradictoires qui sont légion mais qu’on nous demande de faire des choses impossibles…

Le C.H.S.C.T.M.E.N a  été conclu par ce texte : « Le CHSCT Ministériel  a entendu les expertises qui confirment que la charge de travail et les conditions de travail des Personnels de direction ont des conséquences sur la santé de ces agents. Le CHSCT Ministériel demande :
L’ouverture d’un chantier du CHSCTM, pour procéder à une évaluation quantitative de la charge de travail des personnels de direction et une analyse qualitative des missions et des injonctions envers des personnels de direction (chefs et adjoints) imposées par l’Education
Nationale et les collectivités territoriales en regard de la note du 24 janvier 2007 publiée au BO n°8 du 22 février 2007 (référence article 10 du décret n°2000-815 du 25 août 2000). Ce chantier, organisé en groupes de travail, portera de manière non exclusive, sur les horaires de travail, le droit à la déconnexion, le régime indemnitaire, pressions hiérarchiques, les conditions d’emploi et de mutation et suivi médical.
Les analyses de ces groupes de travail seront présentées pour avis en réunion du CHSCTM. »

Le C.H.S.C.T.M.E.N a repris une proposition que le snU.pden-FSU a porté :: Le CHSCTM demande que soient mises en place des visites médicales obligatoires à l’entrée en fonction et pour faire un point sur la santé physique et psychologique des personnels de direction  3 ans après la prise de nouvelles fonctions.

Malgré ces déclarations de bonnes intentions, il semble que le message ait du mal à passer au Ministère. Déjà parce que concrètement, il n’y a aucun allègement de nos tâches quotidiennes  mais également parce que les projets de nous rendre responsables des écoles du premier degré ne sont pas définitivement enterrés par le Ministre…

Le snU.pden-FSU s’adresse à chacune et chacun d’entre vous : si vous vous sentez à bout, ne vous culpabilisez pas, il y a forcément un collègue, une personne, un syndicat (vous aider est leur raison d’être !) qui saura vous écouter et vous aider.

Avant de vous souhaiter de bonnes prochaines vacances, un petit conseil : laissez les messages professionnels de votre portable, ne consultez pas votre webmel, déconnectez pour vous reposer vraiment…

Il est impératif de ne pas vivre pour le travail, le travail doit nous faire vivre et…Jamais nous tuer !

Paris, le 18 octobre 2019

Eric Mansencal

Secrétaire général adjoint du snU.pden-FSU